Qui recrute des jeunes diplômés pour un premier emploi?

9 juin 2011 par A demain, 1 commentaire »

A demain est toujours en recherche d’un emploi

Jeune diplômé disponible avec motivation pour trouver un emploi

Les chiffres du chômage sont encourageants car le nombre de demandeurs d’emploi officiel (c’est-à-dire inscrits à Pôle Emploi) ne cessent de baisser pour atteindre 4 624 700 à la fin du mois d’avril 2011. Les chômeurs de moins 25 ans sont estimés à 656 000. Depuis avril, je suis rentré dans les statistiques et espère en sortir le plus rapidement possible (et oui, je préfère travailler que de me prendre la tête avec l’administration française et son fonctionnement décourageant).

Questions:

  • Est-ce que Pôle Emploi connait le nombre d’offres d’emploi enregistrées en France ?
  • Est-ce qu’une étude sur les métiers recherchés peut-elle être rendue publique ?
  • Est-ce que des formations de courte durée peuvent-elles données pour combler des lacunes rédhibitoires à l’embauche ?
  • Est-ce que le diplôme est utile pour être recruté le plus rapidement possible ?
  • Est-ce qu’un CV montre les réelles compétences et expériences d’un jeune diplômé motivé ?
  • Est-ce que l’expérience peut s’acquérir par la connaissance ?
  • Est-ce que les entreprises ont conscience des problèmes de recrutement qu’elles devront affronter dans l’avenir ?
  • Est-ce qu’un jeune diplômé peut être recruté sur sa volonté et sa motivation ?

Le temps passe et l’expérience s’échappe. Un jeune diplômé qui sort de l’école n’a qu’une envie: montrer de quoi il est capable. Et pourtant, 656 000 jeunes de moins de 25 ans recherchent un travail et pour beaucoup, il s’agit du premier emploi. Ainsi, même en étant inscrit à Pôle Emploi, nous ne touchons aucune indemnité chômage (car il faut avoir travaillé 122 jours, ou 610 heures de travail, au cours des 28 mois). Pour celles et ceux qui ont plus de 25 ans, il existe le RSA (Revenu de Solidarité Active).

Alors à qui la faute ? Aux patrons d’entreprises ? Aux Jeunes ? Au Système ?

Les chefs d’entreprises ont pour objectif d’accroitre leur activité et leur chiffre d’affaires. Ils ont besoin de capitaux et de main d’œuvre avec un savoir-faire. Le recrutement est donc capital car embaucher signifie faire confiance et miser sur une personne pour l’avenir. Le contexte économique n’est pas toujours favorable mais la crise n’est pas négative pour tout le monde et c’est en se démarquant et en investissant dans l’innovation que l’on peut se sortir de situations difficiles. Pour les entreprises, les jeunes sont aussi une main d’œuvre qui reste à former et à encadrer pour les débuts. Elles privilégient donc les personnes qui ont une expérience. Les entreprises doivent investir dans l’avenir et former leurs talents de demain.

Les jeunes ont peut-être aussi leur part de responsabilité car certains vivent dans un autre monde où les salaires des débutants sont équivalents aux salaires des plus expérimentés. Les écoles entretiennent cette illusion du bulletin de paie en or. Un diplôme et une expérience ne font pas le savoir-être d’une personne et certains jeunes n’ont pas reçu une éducation du travail et du respect. Respecter les horaires, les règles intérieures ou les supérieurs et les collègues sont les bases d’un savoir-être.

Le système doit être remis en question car c’est lui le responsable de l’orientation des jeunes. En France, il faut accumuler les diplômes pour réussir et ceux qui échouent (plus de la moitié des jeunes!) restent sur le bord de la route et ne sont pas orientés vers une nouvelle voie. Ils tombent dans l’échec et sont les exclus de la société. Il y a un véritable fossé entre le monde professionnel et l’enseignement français. L’apprentissage est de plus en plus valorisé (et c’est une bonne chose !) mais les filières professionnelles (l’artisanat par exemple) ont une image négative et n’attirent pas les jeunes alors qu’elles recrutent !!! Le système doit encourager les entreprises à embaucher et non pas assister les chômeurs à vivre sur le dos de la société.

Il ne faut pas jeter la pierre sur qui que ce soit mais agir pour changer ce problème de société. Les jeunes diplômés ont encore à apprendre mais sans les entreprises, ils ne pourront pas acquérir cette expérience. Si les entreprises ont un frein, c’est au système de débloquer la situation en réformant et en encourageant les patrons à aller de l’avant. C’est un bien pour l’économie, le marché du travail et l’image de la France.

Alors au boulot ! Personnellement, je suis disponible pour travailler dans une entreprise qui souhaite développer sa visibilité sur Internet.

Intéressé ? Laissez moi un commentaire et convenons d’un entretien.

Un commentaire

  1. Fmath17 dit :

    Très bon article, Je sais pas pourquoi mais je sentais que tu allais en écrire un à ce sujet…

    Totalement d’accord avec toi lorsque tu dis que les filières professionnelles ne sont pas suffisamment valorisées alors que c’est elles qui recrutent le plus… Pourquoi on s’est fait ch*** avec une ESC ???!!!

    Au plaisir de te relire et n’hésite pas à venir me lire aussi ;)

Réagissez

Suivez moi !

Follow Me! Follow Me!

A demain

octobre 2017
L Ma Me J V S D
« nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Liens

A contacter

Nicolas Lecornu, auteur du blog A Demain.

nikola.c.moi[@]gmail[.]com pour m'écrire.