25 nov
2011

[Lecture] Le chemin de l’espérance, Hessel et Morin

A demain garde espoir en l’avenir

couverture livre le chemin de l'espérance, Stéphane Hessel et Edgar Morin

Si la jeunesse, jugée « égoïste » et « intolérante » (sondage Ipsos-Logica Business Consulting pour Le Monde), s’indigne de jour en jour (mais ne réagit pas encore en France), les candidats pour les élections présidentielles de 2012 doivent intégrer dans leur projet politique l’aspiration des jeunes pour un nouvel avenir. Si les difficultés des crises du XXIème siècle ne touchent pas que les jeunes, leur situation semble plus difficile à vivre par rapport aux générations précédentes. Est-ce une raison expliquant les comportements égoïstes, paresseux et intolérants des jeunes ?

Indignés et engagés, Stéphane Hessel et Edgar Morin dénoncent « le cours pervers d’une politique aveugle qui nous conduit aux désastres » dans le chemin de l’espérance (Fayard). Anciens résistants, les deux intellectuels énoncent « une voie politique de salut public » et annoncent « une nouvelle espérance« . Si les jeunes cherchent un nouvel avenir et si les politiques continuent à alimenter et à se soumettre à la tyrannie du capitalisme financier, l’essai de 60 pages prône une gouvernance mondiale pour lutter contre la soumission des États et des peuples face à la Finance. Comme dans « Indignez-vous » de Stéphane Hessel, l’objectif de cet ouvrage est d’encourager les peuples à réagir et montrer que « l’impuissance mène au fatalisme, à la dépolitisation, à la démondialisation« . Or, l’isolement et la fermeture sur soi entraineraient un mal encore plus grand que celui d’aujourd’hui. Il est donc important d’avoir une autre pensée et d’autres politiques (économique, sociale, du travail, de la ville, de la campagne, agricole ou encore de la consommation) pour tendre vers une « politique du bien-vivre ».

Malgré des tendances clairement affichées, il ne s’agit pas de « proposer un pacte aux partis existants » mais de « contribuer à la formation d’un puissant mouvement citoyen, d’une insurrection des consciences qui puisse engendrer une politique à la hauteur de ces exigences« . La liste des problèmes et des maux de notre civilisation n’est pas exhaustive mais les quelques propositions pourraient être des solutions pour revitaliser la solidarité, « culturiser la modernité« , remplacer la répression par la prévention ou encore encourager la régénération.

La conclusion est que « le vouloir-vivre nourrit le bien-vivre, le bien-vivre nourrit le vouloir-vivre, l’un et l’autre, ensemble, ouvrent le chemin de l’espérance« .

Un livre facile à lire et tellement riche d’espérance.

20 nov
2011

Rencontres du cinéma de montagne à Grenoble

A demain encourage la montagne pour tous

affiche 13ème rencontres du cinéma de montagne à Grenoble

La montagne est un formidable don de la Nature. En Europe, la France a la chance d’avoir le Mont-Blanc sur son territoire mais aussi de nombreux autres sommets, tout aussi magnifique (mais un peu moins emblématique). La passion pour la montagne m’a touché depuis mes premiers pas sur les skis. Adepte des randonnées et autres activités en altitude, A demain revient sur un évènement unique (au monde !!!): les Rencontres du cinéma de montagne.

Grenoble, capitale des Alpes françaises, accueillait, du 14 au 18 Novembre 2011, la 13ème édition des rencontres du cinéma de montagne. Organisé par la Maison de la Montagne de Grenoble, ce rassemblement gravit les sommets tous les ans, en remplissant la salle du Summum (3 000 places assises). Encouragée par le Maire de Grenoble (Michel Destot) et son adjoint chargé de la Montagne (Alain Pilaud), l’équipe organisatrice se penchent sur les réalisations cinématographiques du monde entier et offrent (GRATUITEMENT !!!) un programme éclectique et riche en émotions. Chaque soir, une ordre de passionnés voyage aux quatre coins du monde, escalade les parois, dévale les pentes abruptes et joue avec le vide.

Selon ses pratiques et ses attraits personnels, il est difficile d’établir un classement ou une sélection des plus beaux films projetés. Quelques coups de cœur personnels:

Et vous, étiez-vous dans les tribunes ? Vos coups de cœur ?

Peut-être que l’année prochaine, Terje Sorgjerd sera un des invités…

14 nov
2011

Mémorial de la Résistance en Vercors

A demain sur les chemins de la Liberté

Mémorial de la Résistance en Vercors

« Un lieu qui questionne, qui incite à la réflexion et au souvenir. Un lieu pour ne pas oublier »

L’objectif d’un mémorial est d’avoir un lieu pour commémorer un évènement ou des personnes décédées. Les mémoriaux édifiés dans le monde sont des monuments en mémoire de faits historiques. En France, les principaux mémoriaux sont le Mémorial de Caen, le Mémorial de la Shoah, le Mémorial de Verdun ou encore le Mémorial de la Résistance en Vercors.

Le Mémorial de la Résistance en Vercors rend mémoire aux évènements tragiques du Vercors pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le Massif du Vercors est un massif des Préalpes, entre l’Isère et la Drôme. Haut lieu de la Résistance dans les années 1940, le Vercors a perdu de nombreux maquisards et civils. La commune de Vassieux-en-Vercors accueille le Mémorial de la Résistance depuis le 21 Juillet 1994. Le choix de l’implantation n’a pas été fait au hasard. Le site choisi, situé en bordure de falaise, offre une vue sur le Massif du Vercors et sur le champ de bataille de Juillet 1944. Dissimulé dans le paysage, le bâtiment du Mémorial plonge les visiteurs dans la vie des maquis. La visite est une muséographie moderne, alliant l’image et le son pour des témoignages poignants et des photos remplis d’émotions.

Composé de 5 phases, le Mémorial est un parcours imprégnant et évolutif. L’espace A fixe le cadre des « années noires » que vivent les Français, motivant le développement de la Résistance. L’espace B illustre la Résistance en Vercors, sous la forme d’une illustration audio-visuelle et d’une maquette. Pour atteindre l’espace C, la montée d’un couloir transporte les visiteurs dans le corridor des témoignages. C’est assis que les visiteurs terminent par la projection de l’espace D, intitulée « Résister encore ! ». Ce film de Franck Pavloff ouvre l’esprit sur la signification du mot Résistance. La sortie vers la lumière, symbole de liberté, confronte une histoire et un paysage. Le belvédère donne un souffle de Liberté et laisse les visiteurs pensifs sur la Résistance et le besoin vital de Liberté.

Pour avoir plus d’informations, le site du Mémorial de la Résistance en Vercors.

10 nov
2011

Tatou juste, salon pour vivre autrement

A demain a tout juste en pensant ainsi

salon saint-étienne tatou juste

Les 5 et 6 Novembre 2011, le parc Expo de Saint-Etienne accueillait la 6ème édition du Salon Tatou Juste. Ce rassemblement était l’occasion de découvrir des solutions et des initiatives associatives pour « consommer, habiter, se déplacer, grandir, s’informer et travailler autrement« . Après le salon du Bio, le salon Tatou Juste offre gratuitement (entrée gratuite pour tous!) l’occasion de présenter les associations, les artisans et les entrepreneurs de la Loire qui œuvrent dans le respect de l’Homme et de l’environnement. Composé d’une centaine d’exposants, Tatou Juste avait un riche programme d’ateliers pratiques pour petits et grands, de conférences et tables rondes.

Sensibilisé par tous les enjeux écologiques et éthiques, A demain (avec ses petits moyens…) privilégie l’éco-attitude au maximum. Dans les éco-gestes, il est important de distinguer toutes les thématiques sur lesquelles on peut TOUS agir.

Commençons par l’agriculture et l’alimentation. Pas besoin d’être à écolo-bobo pour éco-manger ! En privilégiant les produits de saison (calendrier des fruits et légumes de saison) et les productions locales, vous faites un gros pas vers l’éco-alimentation. Pas toujours évident d’aller au marché sur la place du village mais les marchés locaux sont animés par des producteurs locaux. Un geste social et local (proximité avec le SoLoMo ?).

Autre exemple dans la mobilité. La voiture n’est pas le seul moyen de transport et n’est pas toujours le plus rapide ou économique. Les moyens de transport en commun (bus ou train) ne sont pas toujours économiques mais sont souvent pratiques et rapides. Le covoiturage est aussi un très bon moyen pour les plus longs trajets. Pour les plus sportifs (et encore que…), le vélo est l’occasion de faire une activité sportive mais surtout de s’éco-déplacer.

Les thématiques de l’éco-habitat, de la mode éthique, de la cosmétique naturelle, des finances solidaires ou encore du jardinage ont des solutions pouvant être mises en place et permettre de développer une économie sociale et solidaire.

Particuliers et entreprises, nous pouvons agir et c’est avec de petits gestes que les grands projets sortiront de terre pour le bien de TOUS !

Et vous, comment faites-vous pour vivre autrement?

27 oct
2011

Avenir professionnel, entre compétences et envies

A demain sculpte son avenir professionnel

bilan de compétences

Chacun possède une personnalité, une histoire, des rencontres, des influences, des idées ou encore des envies. La vie est faite de choix et cela influence son avenir. Au niveau de l’avenir professionnel,  cela commence par l’orientation scolaire. Vers quelle formation je m’oriente ? Professionnelle ou générale ? Un baccalauréat littéraire, économique, scientifique ou technologique ? L’orientation est tellement importante en France que les jeunes se posent beaucoup de questions et se mettent une pression car c’est LEUR avenir. En grandissant, l’orientation devient de plus en plus spécifique et la préparation de son avenir professionnel arrive à son terme. En formation par alternance ou stage en entreprise, le premier entretien est un pas vers le monde professionnel. L’entreprise recrute (des jeunes diplômés ?) alors pour former (exploiter ? bénéficier d’exonérations de charges ?). Cette première expérience apporte une expérience plus ou moins importante, en fonction des missions et de l’investissement du jeune.

Le CV (Curriculum Vitae) s’étoffe petit à petit avec des formations (plus ou moins valorisées) et des expériences professionnelles. Il est important de ne pas négliger les loisirs et les intérêts personnels qui peuvent en dire un peu plus sur le candidat. Le CV doit traduire les compétences du candidat pour postuler à des postes en lien avec son avenir professionnel. Mais est-ce suffisant pour un recruteur avant d’embaucher une personne ? Il doit déceler les compétences du candidat qui apporteront une plus-value à l’entreprise. L’entretien en face à face permet d’évaluer la personnalité et les compétences du candidat. Pour se préparer à cet entretien, il est important de se connaitre pour se vendre le mieux possible. Cela passe par un bilan de compétences.

Qu’est-ce que je sais faire ? Qu’est-ce que je peux apporter à l’entreprise ? Que ce soit un entretien pour un stage ou pour un emploi, l’objectif est d’intégrer une entreprise afin d’augmenter ses expériences professionnelles et bâtir un avenir professionnel en lien avec ses envies. L’entreprise choisit un candidat avec un profil mais le candidat choisit aussi une entreprise avec un projet. Le recrutement doit être gagnant-gagnant car pour l’entreprise et le candidat, l’avenir professionnel est un investissement. Avec la génération Y, les envies professionnelles changent rapidement. Les entreprises doivent intégrer cette génération prête à s’investir, s’adapter et s’engager.

Mon avenir professionnel s’oriente vers le web et le marketing que TOUTES les entreprises doivent prendre en compte dans leur développement. Jeune diplômé ESC (bac+5), avec des compétences en webmarketing, en gestion de projet et en relation client, mes envies professionnelles sont de construire un avenir professionnel autour d’une entreprise qui a des valeurs éthiques, des ambitions de croissance et un art de vivre. Disponible dès maintenant, un poste de chef de projet webmarketing (création de site web, référencement, community management) s’intègre dans mes ambitions professionnelles.

A demain pour un commentaire qui débouchera sur un entretien

17 oct
2011

Génération Y, enfants devenus grands

A demain est un digital native

génération y bébé né avec un ordinateur

La démographie peut être partagée en plusieurs générations. On parle beaucoup des Baby-Boomers, nés entre 1945 et 1975 qui bousculent le système français de retraite et deviennent des Papy-boomers. Pour les remplacer sur le marché du travail, la génération Y débarque avec sa culture high-tech et connectée. L’ordinateur et Internet sont les hochets de la génération née entre 1980 et 1999.

Enfants de la génération Y, les 20-35 ans lancent leur vie professionnelle avec des aspirations différentes de leurs aînés. La société, à travers l’éducation, les problèmes familiaux ou encore la crise, encourage le doute, les contestations et les indignations. Le phénomène ne touche pas que les jeunes (même si 25% sont au chômage !) mais toutes les générations. Et pourtant, les premiers à s’indigner sont les jeunes qui ont des attentes en décalage avec le mode de fonctionnement traditionnel. La quête du sens, l’adhésion à des valeurs telles que l’éthique, la justice et la cohérence, ainsi que l’équilibre vie privée / vie professionnelle sont des problématiques à prendre en compte pour les entreprises et leurs Ressources Humaines.

Est-ce l’entreprise qui a peur du jeune ? Est-ce le jeune qui est trop gourmand ? Le chômage des jeunes dénonce-t-il un décalage entre les générations ? Les Ressources Humaines recherchent le meilleur candidat et veulent attirer les jeunes dans leur entreprise. Mais comment les motiver, les intégrer et les garder ? Qu’attendent les jeunes d’une entreprise ?

La réponse tient dans le désir de s’épanouir. Le temps n’est pas à penser à son évolution de carrière dans la même entreprise, puis à sa retraite. Les jeunes ont conscience que leur génération est différente de celle de leurs parents. Ils veulent travailler mais pas à n’importe quel prix. La soif de l’argent ? Ce n’est pas vrai. C’est la qualité des rapports humains qui priment avant tout car se lever le matin et passer autant de temps dans l’entreprise que dans son lit (pour les dormeurs normaux) doivent être motivés par autre chose qu’un bulletin de paie bien gonflé. Certains jeunes décident de partir faire le tour du monde dès qu’ils sentent qu’ils ne s’épanouissent pas. Cette recherche de sens passe par une recherche d’apprendre des autres. Les jeunes sont prêts à s’investir énormément, à montrer qu’ils sont autonomes et créatifs mais encore faut-il leur faire confiance. Un jeune, c’est un investissement pour l’avenir et cela peut être la clé de la réussite et de la sortie de crise.

Génération Y, que veut dire le verbe s’épanouir ?

Suivez moi !

Follow Me! Follow Me!